Fête de la Science 2019, la fin.

La Fête de la science 2019 est finie !

L’équipe de l’APBG et de la SGL (ci-dessous) a accueilli de nombreux visiteurs cette année. Le Kaolin est toujours une source d’intérêt en limousin. Et la maquette ci-dessous a eu un franc succès !
Les scolaires du vendredi ont pu écouter les informations avisées de Sylvie (ci-dessous). De nombreux groupes se sont succédés. Mais l’exposition était ouverte à tous les publics dès le samedi et les retours ont été très positifs.Merci à tous et à l’année prochaine pour la Fête de la Sciences 2020 !!

Fête de la Sciences 2019

La fête de la Science 2019 a débuté aujourd’hui, partout dans l’académie et la régionale de l’APBG, aux côtés de la SGL ont animé un stand dans un lieu chargé d’histoire à Limoges, le musée Adrien Dubouché. Quel meilleur endroit pour évoquer les voyages du kaolin au travers d’une exposition réalisée en 8 kakémonos et animés avec une maquette très démonstrative, appréciée des plus jeunes mais aussi des adultes.
 Aujourd’hui et demain sont plutôt consacrés aux visites des scolaires alors que samedi et dimanche, le musée sera ouvert gratuitement et vous pourrez ainsi, seul, en famille, ou entre amis, découvrir le stand mais aussi ceux d’autres associations. Venez nombreux profiter de ces animations ! »
– explications à un petit groupe d’élèves de primaire par Christiane et Sylvie – Inauguration du village des Sciences par les officiels, jeudi 10 octobre 2019

Introduction à la Cristallographie par Julien Lebocey


La première conférence de l’année scolaire s’est déroulée à l’amphithéâtre de la cité scolaire Léonard Limosin et a rencontré un vif succès puisque celui-ci ne contenait plus que quelques places de libre. Cette conférence pluridisciplinaire sur les cristaux a été co-organisée par Récréasciences (représenté par Armelle Dutreix), la Société Géologique du Limousin (représentée par son président François Husson) et la régionale de l’APBG (représentée par sa présidente Céline Proch) et fut l’occasion pour Julien Lebocey de transmettre sa passion pour les minéraux en utilisant différents supports (maquette, échantillons de minéraux démonstratifs…) ce qui fut apprécié par les auditeurs.

Merci à lui

CONFERENCE : Une brève histoire des cristaux, introduction à la cristallographie, par J. Lebocey

Conférence organisée par la régionale APBG de Limoges, la SGL et Récréasciences

Mardi 1er octobre 2019, à 20h30
amphithéâtre de la cité scolaire Léonard Limosin de Limoges
(accès piéton par la rue des clairettes)

Une brève histoire des cristaux, introduction à la cristallographie
par J. Lebocey (auteur du « Minéraux, le guide des passionnés »)

Après un bref historique de l’évolution des connaissances sur les cristaux, et un rappel sur leurs contextes de formation, cette conférence de Julien Lebocey, rédacteur scientifique pour les éditions du Piat, se propose d’aborder quelques aspects basiques de la cristallographie, de la notion de maille à celle de classe de symétrie. Quelques échantillons représentatifs pourront être manipulés en fin d’intervention pour illustrer les propos.

Ainsi, en utilisant des connaissances mathématiques, physiques et chimiques pour expliciter des matériaux géologiques, cette conférence rentre parfaitement dans le cadre du nouveau programme d’enseignement scientifique en classe de première (en particulier la partie 1 traitant de l’histoire de la matière).
Il s’agit donc d’une conférence pluri-disciplinaire ouverte à toute personne intéressée par le sujet et a fortiori à tout enseignant de sciences, quelque soit la discipline enseignée.


Réforme

Retrouver tous les liens et toutes les informations sur la réforme sur le site de l’APBG de Nantes.

Au fil de l’eau, entre Glane et paléo-Vienne, formation du 14 juin 2019

Au fil de l’eau, entre Glane et paléo-Vienne, formation du 14 juin 2019

Voici le »ressenti » d’une participante à la journée de formation du vendredi 14 juin 2019, journée de formation co-organisée par la régionale APBG de Limoges et l’Inspection d’académie de Limoges. (Rédaction : Erica Chantepie; Photos : Céline Proch).

 

De bon matin avec un beau soleil, une trentaine de participants se sont retrouvés pour la journée de formation ayant pour objectifs de travailler sur les thèmes des nouveaux programmes de seconde : érosion, sédimentation, paysage, biodiversité et exploitation des ressources par l’Homme.
La journée a démarré avec le rappel du programme, la prise de connaissance des documents mis à disposition (pour la journée et pour après) et des consignes pour le bon déroulement de la journée.
Le départ de la « ballade » a débuté avec Y. Brizard qui a présenté le site du barrage du Gué Giraud à Saint-Junien. Les présentations toujours plus intéressantes les unes que les autres se sont enchaînées tout au long des arrêts sur le site de plusieurs hectares et ainsi nous avons pu découvrir l’histoire et les richesses insoupçonnées de cet ancien site de barrage démantelé et réhabilité dans le respect de l’environnement pour les habitants de Saint-Junien ou encore les visiteurs occasionnels.

Certains stagiaires « connectés » ont pu tester de nouvelles applications avec leurs portables dans le but de diversifier les outils d’études possibles et d’utiliser un système d’informations géolocalisées (SIG) via l’application « AuGEO » d’ESRI pour une utilisation sous ArcGIS Online.

 

En fin de matinée, après quelques rappels sur l’érosion du granite, la poursuite de la visite du site à l’étude s’est faite au fil de l’eau avec une arrivée sur une petite plage le long de la Glane. C’est à ce bel emplacement que E. Joussein nous a présenté les possibilités d’analyse d’une eau (de rivière ou de robinet) à l’aide de petites manipulations simples. Nous avons pu profiter de cet échange pour tester et comparer nos eaux respectives.

 

Nous aurions pu poursuivre cette matinée très instructive et très agréable mais l’appel du ventre nous a rappelé à l’heure … nous avons donc migré vers une pelouse à graminées pour partager un repas convivial accompagné d’un café – gâteaux bien apprécié avant de rejoindre les voitures.

Après un court transfert vers la carrière des Séguines, nous avons revêtis les équipements de sécurité nécessaires : gilets jaunes et casques sont de rigueur sans oublier les bottes plus que recommandées.


La visite de la zone s’est organisée en ateliers par groupe des 11-12 participants qui ont tournés toutes les 45 minutes. Les trois ateliers proposés ont permis de découvrir différents aspects :

– avec C. Leprovaux nous avons visité et abordé les spécificités des différents sites permettant le processus d’exploitation par les carriers
– avec E. Joussein nous avons abordé les aspects géologiques des observations de terrains dans la carrière ; cet atelier a eu une note spéciale au vu des risques de perte de bottes dans les argiles détrempées mais heureusement, aucune perte n’était à déplorer en fin de journée…
– avec G. Labidoire nous avons pu découvrir la biodiversité qui s’installe dans ces lieux particuliers comme par exemple les hirondelles de rivage qui viennent nicher dans les parois verticales. Les discussions autour de la gestion du site ont été nombreuses.

Après ces différents ateliers, la journée touche à sa fin et nous nous sommes regroupés autour de la présidente de la régionale de l’APBG pour clôturer et remercier chaleureusement les intervenants qui nous ont subjugués tout au long de la journée.
(Rédaction : Erica Chantepie; Photos : Céline Proch).

Second voyage aux îles éoliennes pour la régionale de l’APBG

Un second voyage dans les îles éoliennes ? Mais pourquoi ? Mais parce que c’était tellement bien la première fois ! Et bien vous ne nous croirez peut-être pas, mais la deuxième était aussi bien…

APBG Limousin – Eoliennes 2019 (rédaction et photos  : Jean et Dominique Bouix)

De Catane à Lipari,
De Vulcano à Stromboli,
Des vapeurs de soufre aux bains de boue odorants,
Des obsidiennes vitreuses aux rhyolites microlitiques,

Nous étions dix-huit apébégistes avec Jimby.

Des grimpettes dans les ponces aux dégringolades dans les cendres,
Des paysages somptueux aux roches de feu,
Des projections Stromboliennes aux plages de sable noir,
Des vidéos préparatoires aux longues marches,

Nous étions dix-huit apébégistes avec Jimby.

Des verres d’acqua frizzante aux verres de Malvoisie et de Limoncello,
Des hydrofoils rapides aux poussifs Piaggios,
Des repas siciliens aux sandwichs épais,
Des fous rires partagés aux apéros jubilatoires,

Nous étions dix-huit apébégistes avec Jimby.

Des marcheurs solidaires au concours de mollets,
Des siestes envisagées aux réveils inopinés,
Des milliers de photos aux quelques selfies,
Des processions religieuses aux ascensions ardues,

Ce fut le voyage aux éoliennes 2019 de l’APBG limousin !

Merci à Jean et Dominique Bouix..

 

Réalité Augmentée avec le « MERGE CUBE »

Réalité Augmentée avec le « MERGE CUBE » (S.Chatelus)

Le saviez-vous ?
Vous connaissez peut-être déjà le « Merge Cube » !
Ce cube a la particularité de permettre de tenir un modèle 3D dans sa main tel un hologramme !

Comment ça fonctionne ?
Ce cube présente un motif différent sur ses 6 faces sur lequel des applications dédiées peuvent superposer un modèle numérique 3D (en réalité augmentée). Il va fonctionner comme un QR Code cubique et chaque face va être reconnue par l’application utilisée pour y faire apparaître une partie du modèle 3D.

Comment se le procurer ?
On peut le commander directement sur la boutique officielle ou ailleurs sur le net si on en veut un beau qui tient bien dans le temps (environ 15$/cube) ; ou alors on peut s’en fabriquer un soi-même en papier via le patron joint (on peut le renforcer en l’apposant sur un cube en carton).

Quelles sont les applications nécessaires ?
L’application la plus utile avec le Merge Cube est Object Viewer for MERGE Cube, elle est disponible gratuitement sur internet (https://miniverse.io/experience?e=object-viewer-for-merge-cube). Cette application permet de charger des modèles 3D. Ensuite vous devez entrer le code d’un objet à observer. Pour cela rendez-vous sur le site de l’académie de Lille (http://svt.discipline.ac-lille.fr/ressources/tice/realite-virtuelle-et-realite-augmentee/realite-augmentee-avec-le-merge-cube) où un travail de recensement a déjà été commencé. Il vous suffit alors de pointer votre smartphone ou votre tablette sur le cube et… MAGIE !

Mais il existe d’autres applications qui permettent de visualiser des choses intéressantes. Par exemple Galactic Explorer for Merge Cube (Google Play, Apple Store) permet de se balader dans le système solaire…

 Comment superposer un modèle 3D personnel sur le Merge Cube ?
C’est la fonction de l’application « Object viewer » associé au site « Miniverse ». Cela nécessite dans un premier temps de se créer un compte sur le site Miniverse (https://miniverse.io/objects), puis une fois connecté, se rendre dans la partie « Mes objets » et enfin « Ajouter nouveau ». Télécharger le fichier contenant le modèle 3D (.fbx, .obj, .stl, .dae, .blend, .gltf, .zip) qui ne doit pas dépasser 100 Mo. Quand celui-ci est chargé, un code est donné. Sur les smartphones, démarrer l’application Object Viewer et entrer le code en question.

En relation avec les nouveaux programmes de l’enseignement scientifique en classe de Première
Pour traiter la partie du programme intitulée « Des édifices ordonnés : les cristaux », la visualisation de minéraux des roches en 3D peut permettre de mieux appréhender leurs formes géométriques.

Voici le code pour visualiser l’un des principaux minéral du granite (Attention ! 0 = zéro) :
Quartz  = VP0 QKV 50
D’autres minéraux du granite ont été créés par la régionale de l’APBG de Limoges et sont disponibles sur l’ENT de la régionale pour les adhérents, et vous trouverez aussi des informations pour générer les codes d’autres minéraux pour la visualisation en réalité augmentée.

Comment générer les codes d’autres minéraux ?

Lien vers ENT …

Les activités de la Régionale en 2018-2019

 

Formation « sol » organisée par la régionale de l’APBG et M. Glandières, IA-IPR de l’académie, le 10 Avril 2019

Le 10 avril 2019,  30 collègues se sont retrouvés au centre de « la Loutre » à Verneuil-sur-Vienne pour une matinée de formation sur le sol dans le cadre de l’accompagnement au nouveau programme de seconde qui entre en vigueur à la rentrée 2019. Vous trouverez ci-dessous un compte-rendu de la cette journée réalisé par Elodie Forgas et au lien suivant, l’article publié sur le site académique par M. Glandières http://pedagogie.ac-limoges.fr/svt/spip.php?article482

A LA DECOUVERTE DU SOL,
AU CENTRE DE LA LOUTRE LE 10 AVRIL 2019
Compte-rendu d’une journée de formation…

La matinée s’est déroulée en deux parties, nous avons été divisés en deux groupes : tout d’abord, avec Emmanuel Joussein, Maitre de conférence à l’université de Limoges,mon groupe a travaillé sur les caractéristiques d’un sol. Après avoir extrait un échantillon de sol sur environ 1 m de profondeur avec une tarière, Emmanuel Joussein nous a rappelé les caractéristiques importantes à repérer : nous avons travaillé sur la couleur du sol, le repérage des horizons, les notions de texture et de structure, puis nous avons approfondi cette étude par la mise en évidence des propriétés du complexe argilo humique (CAH) avec le bleu de méthylène et l’éosine : le CAH retient les cations du bleu de méthylène versé sur l’échantillon de sol, ce qui entraîne une décoloration. Ces rappels sur l’étude d’un sol ont été très utiles, avec quelques petites astuces, en particulier pour la texture du sol, où nous avons pu tester l’aspect granuleux, soyeux ou la formation d’un petit boudin de sol pour évaluer la composition granulométrique de chaque horizon : pratique et parlant pour nous comme pour nos élèves lors des futures sorties de terrain !

Accompagnés de Jean-Jacques Rabache (ici un article du populaire), nous avons ensuite testé un protocole de mise en évidence de la diversité des lombrics dans un sol : notre groupe s’est divisé en trois, et mon équipe, après avoir arrosé un mde sol avec une eau moutardée, a guetté l’apparition des lombrics, puis extrait une motte de terre pour récupérer ceux qui n’étaient pas remontés.

Bac de collecte des Lombrics
(l’eau permet de les rincer et d’enlever la moutarde, irritante)

Nous les avons ensuite classé en trois catégories : épigés, endogés et anéciques et avons ensuite rempli, avec l’application Survey123, l’enquête correspondante, très facile à compléter.

Avec nos 8g de lombrics, nous avons battu le record du plus petit poids de lombrics récupérés, mais pour nous consoler, nous avons recommencé la première partie du protocole dans l’ancien potager, et nous avons vu les lombrics sortir de toute part, dont celui-ci :

Lombrics au niveau du potager. 

Le tout avec quelques fous rires mémorables !

Le bilan de fin de matinée nous a permis de découvrir la carte Arcgis générée automatiquement à partir de notre enquête, qui nous a permis de constater la différence du nombre de lombrics entre l’ancien verger et le sol de la zone qui sert d’espace de loisir pour les enfants et qui est plus piétiné. On voit également très clairement sur la carte la prédominance de telle ou telle catégorie de lombrics en fonction de la zone étudiée, et de l’étape du protocole (arrosage/extraction de la motte)

Capture d’écran de l’exploitation de la carte Arcgis

Catégorie prédominante de lombrics dans chaque zone étudiée suite à l’arrosage (première copie d’écran) et suite à l’extraction de la motte de terre (seconde copie d’écran).

Il est de plus possible de visualiser directement les graphiques associés sur l’application Survey ou bien d’extraire le tableur de données si on souhaite réaliser les graphiques en question : une sortie terrain et une application en classe faciles à mettre en œuvre pour nos élèves. Il est bien sûr possible de réaliser sa propre enquête, avec une version simplifiée du protocole, ou bien de suivre l’intégralité du protocole fourni pour participer directement à la collecte de résultats de l’Observatoire Participatif des Vers de Terre, crée à l’initiative de l’université de Rennes ou à d’autres collectes, avec d’autres espèces, sur d’autres sites de sciences participatives, ce qui s’inscrit pleinement dans le programme de seconde à compter de la rentrée 2019. Nous avons également assisté à la présentation d’un lombricomposteur, la communauté de commune de Limoges métropole développant l’accès à cette méthode pour les personnes habitant par exemple en appartement, qui ne peuvent accéder à un composteur classique. L’action des lombrics permet l’obtention en environ 3 mois d’un compost liquide à partir des déchets de cuisine.

La matinée s’est conclue par un pique-nique partagé très sympathique et convivial, permettant de prolonger nos échanges. Cette formation a été extrêmement intéressante et sympathique et permet de repartir avec des idées concrètes d’activités directement applicables, en lien avec le nouveau programme de seconde.

 

Articles plus anciens «