«

»

Au fil de l’eau, entre Glane et paléo-Vienne, formation du 14 juin 2019

Au fil de l’eau, entre Glane et paléo-Vienne, formation du 14 juin 2019

Voici le »ressenti » d’une participante à la journée de formation du vendredi 14 juin 2019, journée de formation co-organisée par la régionale APBG de Limoges et l’Inspection d’académie de Limoges. (Rédaction : Erica Chantepie; Photos : Céline Proch).

 

De bon matin avec un beau soleil, une trentaine de participants se sont retrouvés pour la journée de formation ayant pour objectifs de travailler sur les thèmes des nouveaux programmes de seconde : érosion, sédimentation, paysage, biodiversité et exploitation des ressources par l’Homme.
La journée a démarré avec le rappel du programme, la prise de connaissance des documents mis à disposition (pour la journée et pour après) et des consignes pour le bon déroulement de la journée.
Le départ de la « ballade » a débuté avec Y. Brizard qui a présenté le site du barrage du Gué Giraud à Saint-Junien. Les présentations toujours plus intéressantes les unes que les autres se sont enchaînées tout au long des arrêts sur le site de plusieurs hectares et ainsi nous avons pu découvrir l’histoire et les richesses insoupçonnées de cet ancien site de barrage démantelé et réhabilité dans le respect de l’environnement pour les habitants de Saint-Junien ou encore les visiteurs occasionnels.

Certains stagiaires « connectés » ont pu tester de nouvelles applications avec leurs portables dans le but de diversifier les outils d’études possibles et d’utiliser un système d’informations géolocalisées (SIG) via l’application « AuGEO » d’ESRI pour une utilisation sous ArcGIS Online.

 

En fin de matinée, après quelques rappels sur l’érosion du granite, la poursuite de la visite du site à l’étude s’est faite au fil de l’eau avec une arrivée sur une petite plage le long de la Glane. C’est à ce bel emplacement que E. Joussein nous a présenté les possibilités d’analyse d’une eau (de rivière ou de robinet) à l’aide de petites manipulations simples. Nous avons pu profiter de cet échange pour tester et comparer nos eaux respectives.

 

Nous aurions pu poursuivre cette matinée très instructive et très agréable mais l’appel du ventre nous a rappelé à l’heure … nous avons donc migré vers une pelouse à graminées pour partager un repas convivial accompagné d’un café – gâteaux bien apprécié avant de rejoindre les voitures.

Après un court transfert vers la carrière des Séguines, nous avons revêtis les équipements de sécurité nécessaires : gilets jaunes et casques sont de rigueur sans oublier les bottes plus que recommandées.


La visite de la zone s’est organisée en ateliers par groupe des 11-12 participants qui ont tournés toutes les 45 minutes. Les trois ateliers proposés ont permis de découvrir différents aspects :

– avec C. Leprovaux nous avons visité et abordé les spécificités des différents sites permettant le processus d’exploitation par les carriers
– avec E. Joussein nous avons abordé les aspects géologiques des observations de terrains dans la carrière ; cet atelier a eu une note spéciale au vu des risques de perte de bottes dans les argiles détrempées mais heureusement, aucune perte n’était à déplorer en fin de journée…
– avec G. Labidoire nous avons pu découvrir la biodiversité qui s’installe dans ces lieux particuliers comme par exemple les hirondelles de rivage qui viennent nicher dans les parois verticales. Les discussions autour de la gestion du site ont été nombreuses.

Après ces différents ateliers, la journée touche à sa fin et nous nous sommes regroupés autour de la présidente de la régionale de l’APBG pour clôturer et remercier chaleureusement les intervenants qui nous ont subjugués tout au long de la journée.
(Rédaction : Erica Chantepie; Photos : Céline Proch).