«

»

Avr
16

Formation Sol (10/04/2019)

A LA DECOUVERTE DU SOL,
AU CENTRE DE LA LOUTRE LE 10 AVRIL 2019
Compte-rendu d’une journée de formation…

La matinée s’est déroulée en deux parties, nous avons été divisés en deux groupes : tout d’abord, avec Emmanuel Joussein, Maitre de conférence à l’université de Limoges,mon groupe a travaillé sur les caractéristiques d’un sol. Après avoir extrait un échantillon de sol sur environ 1 m de profondeur avec une tarière, Emmanuel Joussein nous a rappelé les caractéristiques importantes à repérer : nous avons travaillé sur la couleur du sol, le repérage des horizons, les notions de texture et de structure, puis nous avons approfondi cette étude par la mise en évidence des propriétés du complexe argilo humique (CAH) avec le bleu de méthylène et l’éosine : le CAH retient les cations du bleu de méthylène versé sur l’échantillon de sol, ce qui entraîne une décoloration. Ces rappels sur l’étude d’un sol ont été très utiles, avec quelques petites astuces, en particulier pour la texture du sol, où nous avons pu tester l’aspect granuleux, soyeux ou la formation d’un petit boudin de sol pour évaluer la composition granulométrique de chaque horizon : pratique et parlant pour nous comme pour nos élèves lors des futures sorties de terrain !

Accompagnés de Jean-Jacques Rabache (ici un article du populaire), nous avons ensuite testé un protocole de mise en évidence de la diversité des lombrics dans un sol : notre groupe s’est divisé en trois, et mon équipe, après avoir arrosé un mde sol avec une eau moutardée, a guetté l’apparition des lombrics, puis extrait une motte de terre pour récupérer ceux qui n’étaient pas remontés.

Bac de collecte des Lombrics
(l’eau permet de les rincer et d’enlever la moutarde, irritante)

Nous les avons ensuite classé en trois catégories : épigés, endogés et anéciques et avons ensuite rempli, avec l’application Survey123, l’enquête correspondante, très facile à compléter.

Avec nos 8g de lombrics, nous avons battu le record du plus petit poids de lombrics récupérés, mais pour nous consoler, nous avons recommencé la première partie du protocole dans l’ancien potager, et nous avons vu les lombrics sortir de toute part, dont celui-ci :

Lombrics au niveau du potager. 

Le tout avec quelques fous rires mémorables !

Le bilan de fin de matinée nous a permis de découvrir la carte Arcgis générée automatiquement à partir de notre enquête, qui nous a permis de constater la différence du nombre de lombrics entre l’ancien verger et le sol de la zone qui sert d’espace de loisir pour les enfants et qui est plus piétiné. On voit également très clairement sur la carte la prédominance de telle ou telle catégorie de lombrics en fonction de la zone étudiée, et de l’étape du protocole (arrosage/extraction de la motte)

Capture d’écran de l’exploitation de la carte Arcgis

Catégorie prédominante de lombrics dans chaque zone étudiée suite à l’arrosage (première copie d’écran) et suite à l’extraction de la motte de terre (seconde copie d’écran).

Il est de plus possible de visualiser directement les graphiques associés sur l’application Survey ou bien d’extraire le tableur de données si on souhaite réaliser les graphiques en question : une sortie terrain et une application en classe faciles à mettre en œuvre pour nos élèves. Il est bien sûr possible de réaliser sa propre enquête, avec une version simplifiée du protocole, ou bien de suivre l’intégralité du protocole fourni pour participer directement à la collecte de résultats de l’Observatoire Participatif des Vers de Terre, crée à l’initiative de l’université de Rennes ou à d’autres collectes, avec d’autres espèces, sur d’autres sites de sciences participatives, ce qui s’inscrit pleinement dans le programme de seconde à compter de la rentrée 2019. Nous avons également assisté à la présentation d’un lombricomposteur, la communauté de commune de Limoges métropole développant l’accès à cette méthode pour les personnes habitant par exemple en appartement, qui ne peuvent accéder à un composteur classique. L’action des lombrics permet l’obtention en environ 3 mois d’un compost liquide à partir des déchets de cuisine.

La matinée s’est conclue par un pique-nique partagé très sympathique et convivial, permettant de prolonger nos échanges. Cette formation a été extrêmement intéressante et sympathique et permet de repartir avec des idées concrètes d’activités directement applicables, en lien avec le nouveau programme de seconde.